Variantes de mariages forcés ou précoces

  • Les mariages précoces ou forcés arrangés ou négociés par les parents des futurs époux sans le consentement de ces derniers ou généralement de la femme ou de la fille. Ces mariages interviennent souvent à la suite d’une transaction à caractère monétaire ou en remboursement d’une dette ;
  • Les mariages précoces ou forcés pour lesquels le consentement de l’une ou des deux parties a été obtenu par suite de menaces et de diverses autres pressions physiques ou morales, directes ou indirectes ;
  • Les mariages forcés ou précoces par rapt : la fille ou la femme est généralement enlevée à la suite d’une entente entre les deux familles dont elle n’a pas connaissance ;
  • Le mariage forcé ou précoce par échange : le fait pour un homme d’épouser une femme d’une famille rend sa famille tributaire d’une obligation de donner en retour une femme en mariage à un membre de la belle-famille.

A part ces cas, il convient de mettre un accent particulier sur le lévirat et le sororat qui pourraient se retrouver dans l’une des catégories énumérées ci-dessus. Le lévirat est une pratique qui consiste pour la veuve à prendre pour nouvel époux l’un des frères de son défunt mari. Le sororat consiste pour une femme à être donnée en mariage à un homme en remplacement de sa sœur ou de sa cousine décédée. Ces pratiques sociales fortement répandues dans certaines régions du pays sont la plupart du temps accompagnées de menaces et de toutes sortes de pressions directes sur la femme ou par le biais des enfants ou d’autres membres de la famille.

Il faut aussi souligner que les mariages forcés ou précoces sont souvent accompagnées d’autres infractions pénales comme l’enlèvement, la séquestration, les coups et blessures volontaires, les grossesses précoces, le viol, etc.

Comment on this FAQ

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *