Répression

Outre la réhabilitation de la victime, il est souvent nécessaire de mener des actions de répression non seulement pour sanctionner le(s) auteur(s) de la violence, mais aussi et surtout pour que cela puisse servir d’exemple à d’autres potentiels auteurs. En la matière, les règlements à l’amiable en famille et dans des cadres non formels ont fortement montré leurs limites en ce qu’elles se soldent souvent par des cas de récidive et quelques fois par une violation flagrante des droits de la victime. Il est donc important de recourir aux voies juridictionnelles de recours pour les cas de VFF. Un tel choix n’est pas aisé à faire en raison de la pression sociale qui accompagne mais aussi de la forte dépendance financière des femmes et des filles vis-à-vis des auteurs de la violence. Mais, cela reste le seul moyen de garantir que justice sera rendue à la victime tout en décourageant les éventuels candidats à la violence.

Comment on this FAQ

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *