Genre, sexualité et viol

Le viol est une violence souvent invisible. Du point de vue de la sociologie, ce phénomène est analysé le plus souvent, comme étant  ancré dans la structure sociale et culturelle de nos  sociétés. C’est pour cela que dans les échanges sur le viol, sont tenus des discours sur le genre qui questionnent « tout naturellement” le rôle de la victime, son ‘‘image’’, l’image de la femme en général, de celle de l’agresseur, du contexte de l’agression »[1], etc.

L’analyse des mécanismes et des rapports sociaux en jeu derrière cette réalité sociale montre  qu’elle est aussi ancrée dans notre structure sociale du fait de « l’existence de normes sexuées et sexistes ». Des normes sexuées qui engendrent des stéréotypes servant à sexualiser le corps de la femme, à considérer son ‘‘ Non’’ comme un ‘‘Oui’’ et dans tous les cas, à la soumettre aux désirs des hommes. La femme est en effet « considérée comme objet dans un  monde sexuellement hiérarchisé ». [2]

La persistance de ces stéréotypes et représentations sociales du corps de la femme soulève des questionnements sur les rapports entre femmes et hommes. La société béninoise étant organisée selon le principe du primat de la masculinité, tous les rapports de genre sont soumis à la domination masculine. Cette « domination masculine » alimente la « culture du viol  et le déni du viol ».  La « culture du viol »[3] par un habile retournement met en cause la victime et non l’agresseur. En outre, les viols se produisent dans le cadre d’inégalité de pouvoir ; ce qui explique que les enfants en soient les principales victimes, puis les femmes, et, les personnes handicapées et discriminées. En résumé, le viol peut être donc analysé comme le résultat de la  construction sociale du corps de la femme en particulier et des rapports de genre en général. Une fois encore, l’intériorisation de ces normes sexuées conçues socialement en faveur des hommes empêche les femmes de s’imaginer toute possibilité d’être épargnée. Cet état de résignation est accentué par leur méconnaissance des textes juridiques qui les protègent et qui garantissent leurs droits.

Comment on this FAQ

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *