HALTE AU MARIAGE PRÉCOCE ET/OU FORCE

Le mariage forcé et/ou précoce constitue encore malheureusement une triste réalité dans notre société. Aux antipodes du Code des personnes et de la famille fixant l’âge de majorité nécessaire pour s’engager dans le mariage à dix-huit ans, de nombreuses filles continuent d’être données en mariage précoce pour différentes raisons. Outre les implications de cet état de chose en termes d’interruption du cursus scolaire ou du cycle d’apprentissage, le phénomène présente aussi d’énormes conséquences sanitaires sur la victime. Ces quelques conséquences, parmi tant d’autres, devraient conduire à une mobilisation générale pour dire NON AU MARIAGE DES ENFANTS !

Outre les enfants, les personnes majeures et souvent les femmes, sont aussi victimes de mariages forcés comme cela est souvent le cas avec le lévirat et le sororat. Le lévirat est une pratique qui consiste pour la veuve à prendre pour nouvel époux l’un des frères de son défunt mari. Le sororat consiste pour une femme à être donnée en mariage à un homme en remplacement de sa sœur ou de sa cousine décédée. Ces pratiques sociales fortement répandues dans certaines régions du pays sont la plupart du temps accompagnées de menaces et de toutes sortes de pressions directes sur la femme ou par le biais des enfants ou d’autres membres de la famille.

Les mariages forcés et ou/précoces prennent souvent plusieurs formes. D’abord, les mariages arrangés ou négociés qui interviennent sans le consentement des futurs époux, et généralement la femme. Ensuite les mariages où le consentement de l’une des parties est obtenu par suite de menaces et diverses autres pressions physiques ou psychologiques, exercées directement ou indirectement. Après, le mariage par rapt qui consiste à enlever la fille ou la femme à la suite d’une entente entre les familles dont elle n’a pas connaissance. Enfin, le mariage par échange qui consiste pour un homme ayant épousé une femme d’une famille à donner en mariage en retour une femme à un membre de la belle-famille.

Il faut aussi souligner que les mariages forcés ou précoces sont souvent accompagnées d’autres infractions pénales comme l’enlèvement, la séquestration, les coups et blessures volontaires, les grossesses précoces, le viol, etc.

Ces mariages entraînent d’énormes conséquences à la fois sur la victime, les enfants, le conjoint et la société toute entière.

Sous toutes leurs formes, les mariages forcés et/ou précoce constituent une infraction définie et sanctionnée par la loi.

HALTE DONC AU MARIAGE PRECOCE ET/OU FORCE !

Pour tout savoir sur le mariage forcé et/ou précoce, rendez-vous sur : www.zeroviolencebj.org/mariage-force-et-precoce/

 Lire nos BD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *